La Transformation de l’identité masculine en Turquie: Les Nouvelles Masculinites

2015 yılı Galatasaray Üniversitesi Sosyoloji Tezli Yüksek Lisans bölümünde mezun oldum. Bitirme tezimin konusu Türkiye’de Değişen Erkek Kimliği: “Yeni Erkeklikler” idi. Buradan tezin tamamına ulaşabilirsiniz.

Resumé

Dans cette étude, nous essayons de comprendre l’identité masculine d’aujourd’hui et les valeurs que la déterminent. Dans notre étude pour laquelle nous traitons les étapes fondamentales composant les masculinités patriarcales en Turquie, nous essayons de comprendre les jugements de valeur des hommes qui possèdent les caractéristiques dominantes. Nous avons fait un effort pour mettre en avance que la masculinité n’est pas une identité innée tout comme la féminité, mais une identité à obtenir et les prix à payer. La position féminine dans les hiérarchies sociales est toujours plus passive que celle des hommes. Les identités féminines codées comme les victimes dans la société ne peuvent compléter ou mettre en avance leur existence qu’en acceptant la domination patriarcale. Nous rencontrons comme un prototype commun l’identité féminine qui est réconciliée avec tous les codes patriarcaux et qui assume la mission de les transférer. En disant que l’homme se rend masculin grâce à l’appréciation montrée par la femme, nous voyons que la femme isolée et jetée hors du jeu est forcée à gagner la faveur de l’homme et l’instrument de son combat pour réobtenir une position à partir de là est l’action de flatter l’homme. La femme peut exister dans le monde de l’homme tant qu’elle l’apprécie.

D’abord notre sexe formé socialement est caractérisé par nos vêtements roses / bleues, puis on nous donne les poupées et les voiture-jouets. Les hommes sont formés comme les braves soldats définis à l’extérieur de la maison et les femmes comme les jeunes filles qui doivent cuisiner à la maison. Mais particulièrement dans la région où nous vivons le fait d’être homme signifie l’effort de traverser des certaines étapes, et de passer les examens de ces étapes. La première de ces étapes est la circoncision. On impose au garçon circonci qu’il « a fait le premier pas vers la virilité » cet impact physique est renforcé dans le domaine public avec les cérémonies. Ce processus est suivi par le service militaire. L’homme qui a déjà accompli le service militaire est considéré prêt à fonder une famille car il a vécu les difficultés qui lui permettent de gérer toute puissance. Après son service militaire, le fait que l’homme trouve un travail devient le plus grand attente de ses parents. Le prototype masculin formé par la société doit donc se marier après trouver un travail et commencer à gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais le mariage reste presque inutile sans être père. Si le processus de faire des enfants se retarde un peu, cet homme n’est pas considéré comme un homme complet.

La problématique que nous avons traité dans notre étude était ‘si les valeurs composant les masculinités d’aujourd’hui diffèrent des valeurs composant l’identité masculine patriarcale’. Est-ce que les étapes que nous avons mentionnées ci-dessus sont différentes aujourd’hui ? Que pensent les hommes contemporains qui sont en mesure d’établir la domination sur ces processus ? Nous avons interrogé les composants qui forment les étapes révélant toute cette domination masculine. À la suite de notre recherche, nous avons remarqué qu’il y a des divergences et des ruptures de la mentalité patriarcale dans certains domaines où les valeurs masculines d’aujourd’hui se forment. La circoncision et le service militaire sont par exemple les espaces de fiction de la masculinité où cette rupture est observée de manière le plus évidente. Les hommes acceptent maintenant aussi les hommes qui n’ont pas circoncis et qui n’ont pas fait le service militaire au monde masculin, et ils même portent un fardeau d’être obligé à les faire contre leur gré.

Aujourd’hui, les hommes approchent l’action de circoncision en tant que mutilation sporadique, une intervention non autorisée au corps. Ils méprisent les objets portés et utilisés de cette façon pendant la cérémonie de circoncision pour la transformer en une représentation de la puissance. Les interviewés ont franchement exprimé qu’ils n’appliqueraient pas la tradition de la cérémonie de circoncision pour leurs enfants, et que pour appliquer l’action de circoncision sur les corps de leurs enfants ils attendraient jusqu’à ce qu’ils aient l’âge de décider par eux-mêmes. Il faut préciser que l’opération et la cérémonie de circoncision est devenue indépendante des valeurs patriarcales et elle n’est pas considérée comme une valeur composant l’identité masculine aujourd’hui. Les hommes possédant ces critères qui ont accompli ou qui accompliront le service militaire obligatoire le considèrent insignifiant et ils pensent que ce n’est plus une nécessité pour être masculin et cette obligation est en contradiction avec les valeurs d’aujourd’hui. Nous voyons que le service militaire obligatoire n’est plus considéré comme une étape importante pour être masculin, pour être vu comme “homme complet” par les hommes. Dans cette recherche nous disons que le service militaire est l’étape où l’identité masculine patriarcale diffère et où l’une des ruptures les plus
importantes émerge.

D’autre part, dans le chapitre où nous avons analysé les relations familiales, les liens parentaux ont apparu comme le réseau relationnel où les masculinités et les mentalités des hommes contemporains ont les aspects visiblement liés au système patriarcal, les transmissions continuent presque de la même façon, c’est-à-dire où la mentalité patriarcale se reproduit encore et encore. Nous avons rencontré l’autorité indestructible du père, les processus conflictuels et puis transmission du même processus par ces hommes. Dans les pays comme la Turquie où les relations familiales sont fortes et les liens familiaux sont attribués socialement et culturellement une grande importance, les gens vivent généralement avec leurs parents jusqu’au mariage. En Turquie, la garde d’enfants est la responsabilité de la
mère par la force des rôles de genre (social) et les codes culturels. Ainsi, les enfants ont des liens particulièrement avec leurs mères et la relation avec la mère est généralement plus forte que celle avec le père.

Nous nous sommes confrontés à une identité masculine qui vacille entre ceux qui sont vécus et ceux qui sont appris. La sexualité prénuptiale était le droit des hommes, mais non pas le droit de leurs sœurs. Pour les hommes d’aujourd’hui, l’amour est trop mystique et le mariage est une forme de contrat vers une vie plus stable. Le sujet de sexualité apparait comme le domaine le plus énigmatique lors qu’on essaie de mettre en avance les liens des hommes avec la mentalité patriarcale et les composants différant et restant semblables à cet égard, parce que ces hommes se sentent obligés de mépriser la virginité en raison de leur statut social, mais en fait ils soulignent de façon sous-entendue que la notion de virginité a une signification pour eux. Les interviewés, en parlant de sexualité, ont souvent maintenu une attitude comme s’ils commettaient un crime, faisaient quelque chose de mal et de caché. Tandis que la sexualité semble aujourd’hui être un domaine insistant sur le fait de maintenir sa caractéristique d’être celui où la mentalité patriarcale est demandée à être reproduite, il est aussi difficile de proclamer qu’elle reste la même avec les formes de relations patriarcales.

Dans le cadre de cette étude, on pose ces questions les hommes qui se trouvent dans ce groupe : « Est-ce que les hommes se considèrent comme le sexe qui mérite la polygamie? Comment ils établissent le lien entre l’amour et le mariage? Est-ce qu’il s’agit une différenciation des doctrines patriarcales? Comment décrivent ces hommes la position des femmes dans la société? Est-ce que cette position est diffère de la position sociale des femmes décrite par la mentalité patriarcale? Est-ce qu’ils traitent le partage du pouvoir dans le contexte du principe d’égalité pour les cas comme l’emploi des femmes, la responsabilité de revenu, la division du travail domestique?

Comment décrivent-ils l’homme turc? Est-ce qu’ils se voient appartenant à cette identité? Qu’est-ce que les hommes associent à l’honneur masculine? Quand ils pensent que cet honneur est blessé? Est-ce que leur point de vue sur la sexualité s’est rendu indépendant des valeurs imposées par la mentalité patriarcale? Qu’est-ce qu’ils pensent sur l’honneur, la virginité? »

Les gens faisaient les études sur la féminité même pour analyser la violence contre les femmes. Il fallait enquêter aussi sur les hommes qui commettent des actes de violence. Il s’agissait du grave manque de recherche sur cette question dans la région où nous vivons. Quant au processus dans le monde, tandis qu’il était un peu plus ancien, il était encore plus en retard que les études sur la féminité. D’autre part, c’est le but de détruire le préjugé que la violence, la domination masculine n’émergent que dans les classes sociales économiquement défavorisées. Il y a beaucoup des femmes qui n’affichent pas la violence à laquelle qu’elles sont exposées, car elles le considèrent comme la question de prestige. Elles se plient à la domination parce qu’elles ont peur de l’effondrement de ce qu’elles croient sous le nom de l’amour.

Malgré tout il faut dire que les jeunes hommes d’aujourd’hui définissent une identité appelée « l’homme turc » et ils décrivent souvent cet homme en utilisant des expressions négatives comme celui qui ne respecte pas l’égalité des sexes, qui considère les hommes supérieurs, qui est incohérent, illogique, vantard, rustre, jaloux et qui a une vision hypocrite de l’honneur. Ces hommes n’établissent pas un lien d’appartenance entre eux et l’identité de l’homme turc. Ces hommes ont décrit l’identité d’Homme Turc de laquelle ils gardent leur distance comme hypocrite. Selon eux, il y a une identité évidente appelée l’homme turc et cet homme se voit comme une autorité qui regarde aux femmes portant des mini-jupes tandis qu’il ne respecte pas le droit de porter des mini-jupes de sa femme. En Turquie, les hommes peuvent avoir plusieurs différentes caractéristiques, types mais ceux que nous traitons se cherchaient substantiellement entre le marteau et l’enclume.

Menü